LE CHEVAL DANS LA VILLE

Un peu de mon histoire

Maitre Maréchal en 1875

- NOUVELLES DATES DE STAGES


Projet


LE CHEVAL DANS LA VILLE


Les lignes directrices du projet :


- le cheval comme support de travail et d’animation

- l’insertion de population en difficulté autour de métiers liés au cheval

- le pédagogique, l’éducatif

- l’intérêt écologique et touristique.


Le projet se conçoit comme un dispositif évolutif et à ce titre ne saurait se restreindre à une opération ponctuelle. L’idée générale est de créer un pôle d’activités centré sur le cheval et les services qu’il peut rendre dans la cité.


le cheval comme support de travail et d’animation


Le cheval retrouve sa place dans la cité. Celle que l’automobile lui a prise. Un être vivant, attachant, élégant et beau va à nouveau parcourir les rues de la ville. Il donnera sa capacité de travail, sa force pour servir la population en échange du soin et de l’attention des hommes. Et ce sont des hommes qui eux aussi ont besoin de l’attention des autres qui participeront à ce service. Juste retour des choses, les uns et les autres se rendant service pour que tous retrouvent leur place perdue dans la ville.


Autour de la présence du cheval au travail dans la cité se développera un nouveau centre d’intérêt qui générera des projets d’animation qui répondront aux attentes du public.


Les services qui pourraient se réaliser avec le cheval :

Dans le centre ville,

- ramassage des cartons, des petites poubelles de ville

- arrosage des plantations

- salage des rues piétonnes en hiver

- dans un second temps évolution possible vers le transport de personnes (« le pouce »)


La localisation dans le centre ville des activités créera une proximité avec la population et sa familiarisation avec les chevaux. Cet effet de proximité sera accentué encore par l’installation d’une écurie très proche du centre pour devenir un pôle d’attraction autour du cheval.


L’insertion de population en difficulté autour de métiers liés au cheval


L’écurie est avant tout le lieu d’hébergement et de soin des chevaux. Mais pour donner toute sa dimension au projet, elle doit aussi permettre les activités pédagogiques pour la visite de groupes et aussi et surtout elle doit être un lieu de véritable formation professionnelle pour les métiers du cheval :

- palefrenier

- cocher

- maréchal-ferrant

- charron

- bourrelier…


Il ne s’agit pas pour autant de créer un lycée agricole mais beaucoup plus simplement un lieu d’apprentissage encadré par des maîtres d’apprentissage compétents et professionnels en relation avec les besoins de la ville. Ce dispositif s’adressera en priorité à des populations en difficulté d’intégration professionnelle au niveau local : chômeurs de longue durée, sortie du système pénitentiaire, handicapés… En lien avec le pôle emploi et le bureau d’aide sociale de la ville.

Dans ce cadre, il sera possible d’établir des conventions de stages pour sensibiliser ou former aux métiers du cheval un public exclu du monde du travail pour les préparer à trouver ou à retrouver une vie sociale par le travail ou par sa participation à la formation. Les partenaires naturels pourraient être très nombreux : services sociaux, associations d’insertion, établissements éducatifs, entreprises de travail adapté, établissements spécialisés…


Les besoins sont nombreux, sans aucun doute ; il faudra cependant veiller à ce que les effectifs accueillis restent raisonnables quantitativement afin que l’individualisation du parcours de formation soit sauvegardé. Pas de voie de garage, pas de stage parking… une vraie chance que chacun puisse saisir.


L’ animation pédagogique et éducative


Situé dans la cité, l’écurie pourra recevoir en visite des groupes, de scolaires notamment pour découvrir le monde du cheval et ses métiers. Une animation pédagogique illustrant la réalité des activités du quotidien sera proposée pour répondre à l’intérêt des visiteurs, ou pour le susciter.

Pour les professionnels ou pour les passionnés du cheval des conférences pourraient être proposées régulièrement avec des intervenants extérieurs très spécialisés.

La dimension éducative peut également être présente dans le dispositif. Comme beaucoup d’animaux proches de l’homme, le cheval et les soins qui lui sont nécessaires peuvent être une médiation très structurante pour un public d’adolescents en carence éducative. Cela est vrai pour les personnes ordinaires, ça l’est encore plus pour cette catégorie particulière. Il s’agira en l’occurrence d’action individualisée nécessitant un encadrement spécialisé ainsi qu’une convention de stage établissant précisément les objectifs et les critères d’évaluation.


l’intérêt écologique et touristique.


Ce que fera le cheval ne se fera plus par des véhicules à moteur. C’est une évidence. L’image du centre ville s’en trouvera modifiée. L’image de la ville même sera modifiée et valorisée par cette présence attractive.

En collaboration avec l’office du tourisme, en saison des visites de la ville en calèche pourraient être proposées. Ainsi que des visites des écuries.

Le cheval n’est cependant pas exempt de production de déchet… Là encore, c’est un avantage. Le crottin est en effet un engrais de grande valeur qui sera récupéré avant même qu’il ne touche le sol de la ville et livré aux serres…


Comment le projet pourrait-il se décliner :


Mise en place d’un ramassage de cartons, un jour par semaine dans la zone piétonne.


Cette première étape, ne touchera que des personnels municipaux volontaires pour se former et expérimenter ce premier élément du dispositif sur une période limitée à six mois. Ces personnels bénéficieront d’une première formation dans les différents métiers proposés (palefrenier et cocher notamment), pour permettre de cadrer le dispositif. A ce niveau, deux chevaux seulement sont nécessaires ainsi qu’un attelage complet adapté au ramassage.


A l’issue, de cette période poursuivre la mise en place d’un second attelage pour une autre activité et ainsi de suite, avec à chaque étape une évaluation objective des réalisations et les corrections et améliorations à apporter.


La montée en charge se fera en étroite collaboration avec les services municipaux, puisqu’il s’agit de rendre un service municipal…


Plusieurs municipalités, en France, ont réalisé ce type de projet mais en se limitant à des transports par attelage. Aucune jusqu’à présent, n’a développé le dispositif jusqu’à sa dimension d’insertion, de formation et de pôle d’attraction. C’est l’originalité de ce projet.






















- Stage de PARAGE NATUREL - Stage sur L'ALIMENTATION DES CHEVAUX




Haut de page


UN PEU DE MON HISTOIRE



Le Tour de France


Départ de Belfort, retour onze mois plus tard avec Pétunia un petit comtois une calèche quatre roues à bandages type 1920.




Attelage aujourd’hui


Passionné d’attelage, avec Jasmine COB NORMAND, un attelage moderne. Nous prenons beaucoup de plaisir à parcourir la région Tournusienne




Maréchal ferrant


Ma passion des chevaux m’a conduit naturellement au métier de Maréchal Ferant. Depuis un certain temps je me suis orienté vers le parage naturel.
















Coupures de presses du voyage

















Haut de page

Maitre Maréchal en 1875



Haut de page


© 2008 Camboni Daniel